L’auteur

 

PROFIL

nom  GABARD

PREnom  JEAN

NAISSANCE  1950


FORMATIONS 

  1. Licence de Géographie

  2. Licence d’Histoire

  3. Séminaires de psychogénèse (1988 à 1998)

OUVRAGES :


Le féminisme et ses dérives




SELECTION DE SITES

  1. www.editionsdeparis.com

  2. www.reseauhommes.com

  3. www.livre-ensemble.fr

  4. 1001bouquins.free.fr

  5. www.triodoina.com

  6. lapenseeetleshommes.be

  7. radiodici.com

 

Mon Chemin

          Originaire de la vallée du Rhône, j’ai fait mes études à Vienne puis à Lyon.

          Dans les années 70, ma sensibilité aux injustices me fait refuser la société de consommation capitaliste, le totalitarisme, l’autoritarisme gaullien, la société patriarcale. Je me situe alors dans la contre-culture libertaire, pacifiste, écologiste et féministe.

Ecrivez-moimailto:jean.gabard@gmail.com?subject=Contact%20depuis%20votre%20site%20internet

Je poursuis mes études de Géographie puis d’Histoire tout en étant Surveillant dans l’Education Nationale. Je profite des vacances pour faire de multiples voyages en France et en Europe, à pied, en stop, en vélo, en solex (en Suède), en 2CV, en 4L … J’entame également la restauration d’une vieille maison en pierre dans le Massif du Pilat.

Devenu enseignant, je me passionne pour les nouvelles méthodes pédagogiques dont j’approfondis les fondements lors de nombreux stages. A travers ma pratique professionnelle, je me rends vite compte des effets négatifs des nouvelles méthodes éducatives sur les élèves.

En dehors du travail, je profite pleinement de « ma liberté » tout en commençant à en découvrir les limites. Ma disponibilité me permet cependant de multiplier les rencontres et les expériences dans tous les domaines : sportif, artistique, intellectuel, développement personnel, amoureux… Je reste toujours adepte des randonnées pédestres et des voyages qui me permettent de m’adonner à la photographie. A plusieurs reprises, j’expose mes photos et présente des diaporamas sur Londres, Prague, la vallée du Dadès au Maroc, le Sickawatti en Inde, le Hunza dans le nord du Pakistan, un village de « posseiros » en Amazonie…

          De nombreux séminaires m’aident à approfondir mes connaissances en psychologie. Ma vision du monde change : le contestataire de la société patriarcale devient progressivement très sceptique vis à vis de l’idéologie féministe, devenue entre temps dominante. Si je m’insurge toujours contre le non respect de l’égalité en droits entre les hommes et les femmes, je m’aperçois aussi que la lutte pour cette égalité a tendance à dériver chez certains féministes et qu’il est difficile de les critiquer sans passer pour un « macho » et un réactionnaire ?

Ne souhaitant ni un retour en arrière, ni continuer dans la « crise d’adolescence » féministe et soixante-huitarde, je cherche à expliquer les liens entre les dérives de cette idéologie et les dégâts que je peux constater, particulièrement dans l’éducation des enfants. Mon essai « Le féminisme et ses dérives Du mâle dominant au père contesté » paraît aux Editions de Paris en 2006 et depuis, j’anime des conférences sur les thèmes de l’éducation des enfants, de la place des pères et des mères, de la féminité et de la masculinité aujourd’hui, des relations hommes/femmes, enseignants/élèves, enseignants/parents…

Etant plus que jamais d’actualité, le livre qui connaît un certain succès est réédité en novembre 2011 avec un nouveau sous-titre : «Rendre un père à l’enfant-roi».

   Jean Gabard